Le renouveau

C'est en mars 1946 que la Banque Populaire Suisse prend le contrôle de la Société Immobilière de Caux, propriétaire de l'ancien palace.

Dans une Europe dévastée par la guerre, une poignée de Suisses, convaincus des possibilités d'action du Réarmement moral, se mettent à la recherche d'un lieu de rencontres où puissent s'amorcer le rapprochement et la réconciliation des peuples du continent. Encouragés par Frank Buchman, fondateur du Réarmement moral, ils découvrent que l'ancien Palace de Caux est à vendre.

... un petit groupe de
personnes engagées


cofondateurs du centre de
conférences (de gauche à droite)
Erich Peyer, Philippe Mottu, Robert Hahnloser

Le propriétaire, la Banque populaire suisse à Montreux, tout comme le maire de la ville, comprend l'intérêt qu'il y aurait à ouvrir un centre international de rencontres dans la région. Un prix d'achat favorable est offert - 1.050.000 francs suisses -, privilégiant ainsi le Réarmement moral par rapport à d'autres candidats acquéreurs.

Près d'une centaine de Suisses font d'énormes sacrifices financiers pour honorer les premières mises de fonds. Exemples: une famille renonce à se construire une nouvelle résidence; une employée de maison donne la totalité de ses économies.

Enregistrement vidéo de 1946

Extrait (1mb) des
"100 ans du Caux-Palace",
un film de l’exposition CAUX expo

Macromedia Flash Version

Quicktime Plugin Version

Le contrat est signé le 25 mai 1946. L'ouverture du centre de conférences a lieu à la mi-juillet. Entre ces deux dates, une centaine de volontaires ont mis en état l'intérieur du bâtiment, dégradé par les vicissitudes de la dernière décennie.

Nouvelles:

12 juillet 2011: La féministe et militante suisse Ruth-Gaby Vermot-Mangold a présenté l’exposition temporaire « Sans les femmes - Pas de paix » aux participants du Forum de Caux pour la Sécurité Humaine.

>>lire l'article


5 juillet 2011: L'exposition temporaire « Sans les femmes - Pas de paix » a été inaugurée au musée CAUXexpo.

>>lire la suite

WebDesign 2004 - activmedia